Chaque banque tire sa légitimité des prestations qu'elle offre à ses clients. Via l'adaptation constante de ses processus. La concurrence est moins disruptive que la numérisation. UNICORE crée un club. L’échange d’expériences permet d’enrichir le savoir-faire de chaque établissement et d'aiguiser le regard de ses collaborateurs.

La technologie numérique que les banques ont progressivement adoptée pour exercer leurs métiers est devenue le coeur de leur organisation. Cependant, elle n’en constitue pas et n’en deviendra jamais leur finalité, qui est celle d’être un intermédiaire.

Par les possibilités qu’il offre, le numérique impacte fortement leurs services et processus, même s’ils sont notablement réglementés. Avec pour corollaire des redistributions d’activités au sein de leur communauté, voire des reprises par de tiers acteurs.

La maîtrise des risques et la valorisation des opportunités attachées à l’interpellation du numérique sont devenues une priorité pour toutes les banques, aucune n’ayant de garantie d’éternité. Indépendamment de leurs métier, taille ou implantation.

Les informations relatives aux solutions apportées par le numérique sont légion. Majoritairement portées par des prestataires. Rares sont celles issues des métiers ou des clients des banques. Ne convient-il pas de substituer une approche de demande à une logique d’offre ? Avec pour chaque banque l’objectif de rester maître de ses métiers.

Afin d’aider les établissements financiers à mûrir leur savoir-faire et à se forger des convictions, UNICORE a créé un club. Il se décline sous la forme d’ateliers ciblés, axés sur les contacts personnels, conduits dans l’esprit d’un laboratoire et exempts de considérations commerciales.

PARTENAIRES

LE THEME DE LA PLENIERE D’AVRIL 2020 SERA
« LE NUMERIQUE DESHABILLE LA BANQUE »

INFORMATIONS DETAILLEES A VENIR

APRES LES COMMIS, LE NUMERIQUE A L’ASSAUT DES EXPERTS : LES FREINS TECHNIQUES, CONCEPTUELS, SOCIETAUX.

L’enrichissement des outils technologiques promet une explosion de l’expertise numérique. L’adoption de l’intelligence artificielle au sein des banques se heurte à différents obstacles. L’atelier du 22 janvier 2020 sera consacré à débattre de leurs pertinence et pérennité.